01/03/2005

        Papillon tu volti

 

 

      Papillon tu voltiges le long du rivage

         Rejoindre ton orchidée sauvage

        Ton arrivée éveille mes pulsions

     Mes pétales virent au rouge passion

 

 

Posant ta trompe tu butines mon sein

Et tes ailes me caressent sans fin

Dans mon corps tu sèmes frisson

Ma fleur s’ouvre pour toi, petit papillon

 

Goûte l’ambroisie, bois mon nectar

Enfonce dans mon corps ton dard

Je veux  ployer sous ton aiguillon

Tous deux au même diapason





10:02 Écrit par Jardin Secret | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

De quoi voltiger sans fin hmmmmmmmmmmmmm :)))

Écrit par : Le Jardinier | 01/03/2005

Incompréhensible Là, tu as fait très fort: encore plus hermétique que les poésies de Neige!
Je devrai demander à BT de simplifier...
Amicalement

Écrit par : Armand | 04/03/2005

Les commentaires sont fermés.